Le Ranking, clé du succès!

Lors de l’indexation des sites, l’algorithme de Google utilise  de nombreux  critères pour déterminer le classement ou  Ranking dans les résultats de recherche. Voici la liste de tous ces facteurs qui influencent le référencement des sites sur Google (liste prise sur http//ww.adgensite.com/). Autant vous dire que la liste est longue et que cette préparation se fait en amont de la réalisation de votre projet web.

Bon courage à vous tous.

 

Nom de domaine

Ancienneté du nom de domaine : les sites les plus anciens sont favorisés par rapport aux nouveaux sites.

Antériorité du nom de domaine : les sites ayant connu un changement de propriétaire ou des liens entrants négatifs sont pénalisés par Google.

Extension par pays : une extension locale au nom de domaine favorise le référencement d’un site dans le pays visé, en revanche il peut le limiter au niveau mondial.

Mot-clé dans le nom de domaine : l’utilisation d’un mot-clé dans le nom de domaine est un signal pertinent pour Google.

Nom de domaine commençant par un mot-clé : les sites ayant un nom de domaine composé en premier par un mot-clé sont favorisés par rapport à ceux dont le mot-clé est situé au milieu ou à la fin du nom de domaine.

EMD et qualité du site : un nom de domaine optimisé avec un mot-clé n’est bien perçu par Google que si le site est de bonne qualité.

Mot-clé dans le sous-domaine : l’utilisation d’un mot-clé dans le nom de sous-domaine optimise le rang dans les résultats de Google.

Date d’expiration du nom de domaine : plus la date d’expiration du nom de domaine est éloignée dans le temps, meilleure sera son ranking par rapport à ceux dont la durée déterminée est plus courte.

Whois publics : il faut privilégier les Whois publics, car les privés peuvent laisser penser à Google que vous avez des informations à cacher.

Propriétaires de Whois pénalisés : Google pénalise les sites des personnes identifiées comme spammeur.

 

Géolocalisation

Localisation du serveur : l’emplacement du serveur peut influencer le classement d’un site dans les différentes régions géographiques.

Ciblage géographique : Google donne la préférence aux sites ayant l’adresse IP d’un serveur local et un nom de domaine avec l’extension du pays.

Historique de recherche : une première recherche peut influencer la suivante et orienter les résultats en prenant en compte les deux recherches.

Historique de navigation : les sites que vous visitez fréquemment sont mieux classés dans vos résultats de recherches par Google.

Recherches locales : Google favorise les résultats locaux.

 

IP / HTML / Sitemap

Adresse IP : les adresses IP dont les serveurs sont identifiés comme spam sont pénalisées.

Code HTML : un site au codage HTML peu soigné ou comportant des erreurs est considéré comme de mauvaise qualité.

Présence de Sitemap : le plan du site est un indice pour les moteurs de recherche améliorant la visibilité des pages.

Pages dans le sitemap : les pages indiquées dans le fichier sitemap.xml sont favorisées dans le classement.

 

URL / Balises / Mots-clés

URL en HTTPS : le protocole HTTPS est un facteur de classement utilisé par Google.

Longueur d’URL : les URL trop longues nuisent à la visibilité du site.

Chemin d’URL : plus une page est proche de la page d’accueil dans la structure du site, plus elle a d’autorité.

Catégories d’URL :   les catégories des URL sont lues par Google et donnent un signal thématique de ce qui est sur ​​chaque page.

Mots-clés dans l’URL : l’utilisation de mots-clés dans l’URL est un signal de pertinence importante pour Google.

Balises dans WordPress : les balises dans WordPress sont des facteurs de pertinence.

Diversité de mots-clés : l’utilisation de plusieurs mots-clés pour référencer une page est un signe de qualité pour Google.

Mots-clés dans la balise title : l’utilisation de mots-clés dans la balise title favorise le référencement de la page. C’est un élément fortement pris en compte par Google dans le classement des résultats de recherche.

Balise title commençant par un mot-clé : les pages ayant leur balise title composée en premier par un mot-clé sont favorisées par rapport à celles dont les mots-clés sont situés seulement en milieu et fin de la balise.

Mots-clés dans la balise description : l’utilisation de mots-clés dans la balise description optimise le référencement de la page. C’est un élément peu pris en compte par Google, mais qui peut néanmoins faire la différence dans le classement des résultats de recherche.

Mots-clés dans la balise H1 : l’utilisation de mots-clés dans la balise h1 favorise le référencement de la page. C’est un signal de pertinence pour Google.

Mots-clés dans les balises h2, h3, etc. : l’utilisation de mots-clés dans les balises h2, h3 etc. améliore le référencement de la page. C’est un signal moins pertinent pour Google, mais à ne pas négliger.

Mots-clés dans les balises : Google pénalise les pages dont les balises sont surchargées de mots-clés.

Mots-clés dans le texte : l’intégration de mots-clés dans la page est considérée comme pertinente par Google, car ils sont un facteur de qualité de contenu.

Mot-clé en début de page : afin de donner de paraître pertinent pour Google, le premier mot-clé doit apparaître dans les 100 premiers mots de la page.

Densité de mots-clés : le nombre de mots-clés intégrés à chaque page doit être suffisamment important pour que Google puisse facilement déterminer son sujet. En revanche une surenchère de mots-clés peut être considérée comme néfaste.

Ordre des mots-clés : la correspondance exacte entre l’ordre des mots-clés tapés par l’internaute dans la barre de recherche et ceux qui se trouvent sur la page d’un site sera favorisée par Google.

Diversité des mots-clés : Google peut ajouter de la diversité à un SERP pour les mots-clés ambigus.

Mots-clés « poison » : le mot-clé « poison » situé dans le texte d’ancrage d’un lien est considéré comme un signe de spam ou de site piraté, ce qui est pénalisé par Google.

Optimisation des images : les images envoient des signaux de pertinence importants à Google lorsque leurs caractéristiques sont remplies (nom, balise alt, description, légende).

 

Contenus

Qualité de contenu : les sites avec un contenu de faible qualité sont moins visibles dans les résultats de recherche.

Longueur du contenu : les textes longs sont mieux référencés que les courts, car ceux derniers sont considérés comme plus superficiels par Google.

Contenu généré automatiquement : Google pénalise les pages dont le contenu est généré automatiquement.

Contenu dupliqué : les contenus identiques ou légèrement modifiés pénalisent la visibilité d’un site dans les moteurs de recherche.

Balise rel=canonical : l’utilisation de cette balise permet d’empêcher Google d’examiner pages duplicate content et ainsi d’éviter d’être pénalisé.

Contenu original : un contenu publié pour la première fois est mieux classé par Google que ceux qui en sont dérivés ou copiés sur d’autres pages par la suite.

Contenu multimédia : les images, vidéos et autres contenus multimédias sont des signaux de qualité pour Google.

Vidéos YouTube : Google favorise les pages contenant des vidéos YouTube.

Contenu supplémentaire utile : les contenus supplémentaires sont des indicateurs de qualité d’une page.

Contenu utile : Google favorise les contenus utiles, qu’il distingue des contenus de qualité.

Orthographe et grammaire : ils sont un signal de qualité du contenu.

Références et Sources : les références à des sources faites dans le contenu, peuvent être un signe de qualité.

Commentaires : les pages avec beaucoup de commentaires sont des signaux d’interaction avec l’utilisateur et favorisés par Google.

Catégorie de page : la pertinence de la catégorie de la page est ​​un signal de pertinence.

Page de contact : Google favorise les sites ayant une page de contact fournie en qualité et en quantité.

Suroptimisation : la surenchère dans l’utilisation des techniques SEO (mots-clés, liens, etc.) est pénalisante pour le site.

Publicités et popups : les annonces publicitaires et les popups sont des signaux de faible qualité.

Annonces publicitaires : Google pénalise les sites ayant beaucoup d’annonces publicitaires situées au-dessus de la ligne de flottaison.

 

Structure / Mise en page

Architecture du site : une architecture fonctionnelle (en particulier une structure de silo) permet à Google d’organiser le contenu.

Fil d’Ariane : cet élément de l’architecture de site permet aux moteurs de recherche de savoir où ils se situent sur le site.

Apparence du site : la facilité de navigation et d’utilisation d’un site est favorisée par Google, car elle augmente le nombre de pages visitées et le taux de rebond.

Mise en page : une mise en page de qualité est appréciée par Google.

Mise en page du texte : L’utilisation de puces et listes numérotées rend le contenu plus convivial pour Google.

Niveau de lecture : Google estime le niveau de lecture des pages lors de l’évaluation de la qualité d’une page.

Nombre de pages : un grand nombre de pages est un signe de qualité pour un site.

Optimisation pour mobile : les sites mobile-friendly, c’est-à-dire compatibles mobiles sont privilégié par Google.

Microformats : les pages qui supportent les microformats sont classées devant les autres pages.

 

Mise à jour

Fraîcheur des pages : Google favorise les pages récentes.

Mises à jour des contenus : Google est attentif à la date de mise à jour des contenus publiés et favorise ceux dont le contenu est récent.

Ampleur des mises à jour : La quantité d’éléments modifiés est un facteur de ranking pour Google. Les modifications importantes sont davantage prises en compte que les simples changements de mots.

Fréquence des mises à jour : Les mises à jour régulières sont favorisées par rapport à des mises à jour ponctuelles plus irrégulières.

Ancienneté de la page : bien que Google préfère contenu frais, une page plus âgée qui est régulièrement mise à jour est favorisé par rapport à une nouvelle page.

Demande de réexamen : demander à Google de réexaminer ses pages pour les indexer de nouveau peut donner lieu à une pénalité.

Contournement d’algorithme : Google modifier le classement des résultats lorsqu’il détecte qu’un site tente de déjouer ses algorithmes.

 

Temps d’accès

Temps de chargement des pages : Google estime la vitesse de chargement d’un site, il favorise ceux dont l’affichage est rapide.

Vitesse de chargement des pages via Chrome : Google peut utiliser les données des utilisateurs de Chrome pour obtenir un meilleur contrôle sur le temps de chargement d’une page.

Site Uptime : les temps de suspension d’un site pour maintenance ou les problèmes de serveur peuvent nuire à son classement et même conduire à sa désindexation.

 

Confiance

L’utilisation de Google Analytics et Google Webmaster Tools : analyser un site avec ces outils peut améliorer son indexation et influer son rang en donnant davantage de données à Google.

Réputation du site : Google évalue la réputation des sites.

Page rank des pages liées : l’autorité de la page liée au site est un facteur de classement.

Trustrank : le niveau de confiance de Google dans un site est un facteur de classement.

Sites DMOZ : les sites classés dans le répertoire DMOZ bénéficient d’une confiance supplémentaire.

Liens fiables : la fiabilité des liens détermine le Trustrank d’un site.

 

Liens

Ancienneté des liens : les liens anciens sont mieux considérés que les liens récents.

Liens en .edu ou .gov : les liens de site avec ces extensions auraient une place spéciale dans les algorithmes.

Liens de sites du même IP : l’obtention d’une quantité anormale de liens provenant de sites sur le même serveur IP peut être un signe de renforcement des liens de réseau de blog.

Quantité des liens internes : le nombre de liens internes pointant vers une autre page du même site montrent le degré d’importance de celle-ci par rapport aux autres.

Qualité des liens internes : les pages comprenant des liens internes qualitatifs ont plus d’autorité que celles qui en sont dépourvues.

Outbound Link Quality : les liens vers des sites d’autorité sont des signaux de confiance pour Google.

Outbound Link Thème : la qualité du contenu des pages liées au site est un signal de pertinence pour Google.

Diversité des liens : Google favorise les sites dont les liens proviennent de diverses sources.

Liens dans le contenu : les liens intégrés dans le contenu d’une page sont plus puissants que les liens dans le footer ou  la barre latérale.

Liens en début de contenu : les liens positionnés au début du contenu ont plus de poids que des liens placés en fin.

Liens dans de longs contenus : un lien intégré à un texte d’au moins 1 000 mots-clés est plus précieux que d’un lien à l’intérieur d’un texte court.

Liens en commentaires : Les liens dans les commentaires ne sont pas aussi pertinents que ceux dans le contenu de la page.

Liens vers l’accueil : les liens vers la page d’accueil peuvent avoir de l’importance dans l’évaluation du site par Google.

Liens contextuels : liens intégrés au contenu d’une page sont plus puissants que les liens isolés du texte.

Liens de site similaire : un lien venant d’un site au sujet similaire est nettement plus puissant qu’un lien provenant d’un site complètement différent.

Liens de page similaire : le lien originaire d’une page qui est étroitement liée au contenu de la page est plus puissant que le lien d’une page sans rapport.

Liens positifs : Google peut deviner le caractère positif ou négatif des liens vers votre site. Il favorisera les sites ayant le plus de liens positifs.

Liens rapides : un site avec une bonne vitesse de chargement des liens sera favorisé par Google.

Liens sortants : les pages contenant un nombre de liens sortants trop élevé sont pénalisées.

Liens morts : la présence de liens qui ne fonctionnent est pénalisée par Google, car il prend cet élément en compte dans l’évaluation de la qualité d’une page.

Liens des concurrents : les liens provenant de pages classées dans le même SERP peuvent être précieux pour le classement.

Liens affiliés : un trop grand nombre de liens d’affiliations peut pousser Google à être plus regardant sur la qualité de vos liens.

Liens nofollow : il arrive quelques fois à Google de tenir compte des liens nofollow, mais ce n’est pas une généralité.

Liens sponsorisés : le fait d’être sponsorisé peut diminuer la valeur d’un lien.

Liens de sites étrangers : obtenir des liens aux extensions de domaine étrangers peut aider à mieux classer le site dans les résultats locaux dans ces pays.

Liens des pages « Hub » : l’obtention de liens des pages qui sont considérées comme meilleures ressources (ou hubs) sur un certain sujet bénéficie d’un traitement spécial.

Liens d’autorité : un lien venant d’un site d’autorité sera valorisant.

Liens Wikipedia : l’obtention d’un lien de Wikipedia donne de la confiance et de l’autorité au site.

Liens de sites réels : Google donne plus de poids aux liens en provenance de sites « réels » que de faux blogs.

Liens naturels : un site avec un profil de liens « naturels » va occuper une place importante et plus durable pour les mises à jour.

Afflux de liens : un afflux soudain de liens est un signal de liens factices.

Liens très utilisés : les liens provenant de sources couramment utilisées par les référenceurs sont un signal négatif pour Google.

Liens artificiels : Google détecte les liens artificiels et les pénalise.

Liens temporaires : Google pénalise les liens qui sont créés puis éliminés rapidement, car il les assimile à des spam.

Liens de forums : Google peut dévaluer considérablement les liens provenant de forums.

Liens réciproques : les « Excessive link exchanging » sont à éviter.

Titre des liens : le titre du lien qui apparaît lors du survol du lien est un signal de pertinence.

Texte d’ancrage des liens : le texte d’ancrage d’un lien doit être en rapport avec celui-ci et en donner une description, afin d’être pertinent pour Google.

Marque et texte d’ancrage : lorsque le texte d’ancrage d’un lien est composé du nom de marque du site lié, c’est un signal fort pour Google.

Redirection 301 : les liens provenant de redirections 301 sont pénalisés par Google par rapport aux liens directs.

Vente de liens : des liens de vente peuvent certainement avoir un impact négatif sur la visibilité d’un site.

 

Réseaux sociaux

Autorité : les réseaux sociaux peuvent augmenter l’autorité générale d’un site et sa visibilité pour l’ensemble de ses pages.

Signal de pertinence sociale : Google prend en compte la pertinence des contenus et les liens sur les réseaux sociaux.

Authenticité des profils : les contenus provenant de profils vérifiés seront mieux classés que les autres.

Autorité des profils Twitter : les tweets provenant de profils Twitter faisant autorité (ceux ayant beaucoup de followers) ont plus d’effet que les autres dont l’influence est plus faible.

Quantité de Tweets : le nombre de tweets d’une page a peuvent influencer positivement son classement dans les résultats de Google.

Autorité des profils Facebook : les publications provenant de profils Facebook faisant autorité (ceux ayant beaucoup de fans) ont plus d’effet que les autres dont l’influence est plus faible.

Quantité de likes Facebook : le nombre de fans de la page Facebook d’un site peut influer sur le classement de celui-ci.

Partages Facebook : les partages sur facebook sont semblables à des backlinks pour Google.

Autorité des profils Google+ : les publications provenant de profils Google + faisant autorité (ceux ayant beaucoup d’abonnés) ont plus d’effet que les autres.

Votes sur les réseaux sociaux : il est possible que Google utilise les votes sur certains réseaux sociaux comme un signal social.

Pins Pinterest : Google considère Pinterest Pins un signal social.

Employés Linkedin : avoir des profils Linkedin disant travailler pour votre entreprise est un signal positif pour votre marque

Quantité d’abonnés RSS : Google examine le nombre d’abonnés RSS et en tient compte comme un signal popularité de la marque.